Méthodes pour dessiner le modèle vivant

Les méthodes pour dessiner le modèle vivant sont nombreuses. Celle de Robert Barrett, maitre en dessin, est très bien exposée dans son livre.

J’ai résumé, dans mes articles précédents, deux bons livres sur le dessin du modèle vivant, voici les deux autres.

Le troisième livre :

Le dessin d’après modèle vivant de Robert Barrett, Éditions Eyrolles.

Livre: Le dessin de Robert Barrett, Eyrolles
Livre: Le dessin de Robert Barrett, Eyrolles

Ce livre est garni de 200 dessins et croquis très bien illustrés grâce au talent exceptionnel de l’artiste Robert Barrett. Avec progression, il pousse plus loin le dessin en démontrant comment dessiner des drapés, des arrière-plans et la personnalité du modèle.

Au delà de la technique, l’auteur nous invite à mettre certaines «qualités» dans nos croquis. Comme par exemple :

Communication

Savoir communiquer, à travers le dessin ou les croquis, la vitalité et l’énergie que peut dégager le modèle.

L’exagération

Elle est souvent plus proche de la réalité. Vous pouvez donc exagérer certaines courbes ou quelques lignes droites. La pose du modèle sera mise en valeur.

La conviction

Particulièrement dans les croquis rapides, la conviction dans nos traits et nos formes permet de démarrer en force.

Croquis tiré du livre Le dessin d'après modèle vivant, Robert Barrett
Tiré du livre de Robert Barrett, Le dessin d’après modèle vivant, Eyrolles

Conclusion

Cet ouvrage m’a beaucoup plu! Je suis certaine qu’avec ce livre, et de la pratique, vous saurez dessiner le modèle vivant très rapidement.

Avec ces 14 chapitres merveilleusement illustrés, j’ai appris énormément. Que ce soit pour simplifier des formes complexes ou créer de la profondeur à l’aide du «clair» et du «foncé», l’artiste nous amène à réfléchir d’avantage sur notre approche du dessin en général et particulièrement du corps humain.

Mon coup de cœur: Le carnet de croquis

Rempli d’idées, ce dernier chapitre nous enseigne de multiples façons d’utiliser nos carnets de dessin et ainsi nourrir notre imagination!

Le quatrième livre :

Le nu modèle vivant de Jean-Claude Gérodez, Édition Eyrolles

Livre : Le nu modèle vivant, Jean-Claude Gérodez, Eyrolles
Livre: Le nu modèle vivant, Jean-Claude Gérodez, Eyrolles

J’ai réservé pour la fin ce livre, car celui-ci est un peu spécial par son approche poétique. Très professionnel, l’auteur nous invité dans son atelier où ses étudiants ont réalisé des travaux sur huit séances thématiques d’après le modèle vivant. C’est fabuleux de voir que même des dessins non finis ou de débutants, peuvent avoir leur beauté, leur charme et leur force.

Ce livre me rejoint, car il met en lumière les différents aspects du «comment ça se passe» en ateliers lorsque je pose. On peut également sentir dans cet ouvrage, bien illustré de photos couleurs, le grand respect de tout de ce qui tourne autour du modèle vivant. C’est-à-dire, le rapport entre le modèle, le professeur et les participants, ainsi que celui de l’ambiance et de l’environnement. Sans oublier, quelque soit le résultat, le respect des dessins ou des ouvres réalisés par les étudiants.

Jean-Claude Gérodez a compris l’importance de la recherche personnelle. Il nous amène dans diverses directions, et nous donne de belles pistes pour nos travaux.

J’aime le fait que dans ce livre, l’auteur aborde aussi d’autres médium comme l’aquarelle, la peinture à l’huile et la gouache pour représenter le mouvement du modèle.

C’est plus qu’un livre pour apprendre le dessin du corps humain, c’est aussi un livre de chevet pour réfléchir sur l’art, à la représentation du nu, et aux approches classiques, modernes et contemporaine.

Est-ce que ces articles sur «des livres» pour dessiner le modèle vivant vous ont aidés?

Merci de me laisser vos commentaires. J’ai le souci de vous orienter vers vos aspects créatifs et de vous outiller afin que vous puissiez trouvez votre propre style personnel. 🙂

Bon dessin!

La pratique du dessin du modèle vivant

Comme vous le savez, je pratique le métier de «modèle vivant» dans les écoles d’art et pour des groupes d’artistes. Mais comme vous le savez aussi, je pratique également le dessin du cops humain en explorant les différentes approches que j’apprends, lorsque je pose dans les classes de dessin et que je vous partage.

En «fouinant» à la bibliothèque, j’ai déniché 4 livres sur le sujet. Vous avez probablement lu mon article précédent sur le premier livre.

Voici le deuxième :

Modèle Vivant, Barrington Barber, Vigot

livre de Barrington Barber
Modèle Vivant, Barrington Barber, Vigot

Dans cet ouvrage, l’auteur nous invite, avec une grande simplicité, au dessin du modèle vivant. En très peu de pages et par de magnifiques exemples, nous pouvons découvrir une variété de techniques et de styles inspirants de dessins du corps humain.

Continuer la lecture de « La pratique du dessin du modèle vivant »

Des livres pour dessiner le modèle vivant

Mon métier de modèle vivant m’amène à m’intéresser aux diverses façons d’aborder le dessin du corps humain. En observant les professeurs dans les classes ou en découvrant les esquisses et croquis des participants, je peux voir combien il peut y avoir de manières de dessiner.

Parfois, entre deux sessions de poses, je «fouine» à la bibliothèque pour trouver des livres intéressants sur le dessin du modèle vivant.

J’ai déniché pour vous 4 livres, différents par leurs approches, mais similaires et cohérents dans la logique des principes de bases. Je vais vous partager, dans les prochains articles, un résumé de chacun d’eux et pourquoi je les aime!

Voici le premier : Le corps humain, John Raynes, Édition Fleurus

livre de John Raynes
Livre: Le corps humain, John Raynes ed Fleurus

Ce livre est intéressant par ses techniques variées que nous fait découvrir cet artiste de grand talent John Raynes. On y trouve les clés qui donnent la possibilité à chacun de développer son propre talent!

Continuer la lecture de « Des livres pour dessiner le modèle vivant »

Pourquoi dessiner le corps humain est si fascinant?

Dans mon métier de Modèle Vivant je rencontre de nombreuses personnes, (artistes, étudiants ou débutants en dessin) extrêmement fascinées par le dessin du corps humain. Dès qu’ils ont tracé un premier trait sur le papier, la magie s’est installée. Même si dessiner le corps humain reste un exercice très complexe, la fascination est incessante!

Pas juste des contours

Si vous n’aviez jamais dessiné le corps humain et que vous aviez l’intention de le faire, vous auriez probablement le réflexe de dessiner les contours du modèle devant vous. Ce n’est pas mauvais en soi, mais vous vous priveriez d’une panoplie d’avantages à aborder le dessin avec d’autres façons très intéressantes.

Le corps est constitué de différents systèmes dont l’appareil squelettique, musculaire et tégumentaire (la peau). Chacun de ces éléments est responsable des formes, des saillies, des courbes, des plis et des lignes que vous observeriez avant de dessiner. En étant plus conscient de ces fabuleuses structures internes, le dessin s’approfondit et le rend plus «vivant».

structure squelettique
Marie G, crayon sur papier journal ( structure squelettique)
Continuer la lecture de « Pourquoi dessiner le corps humain est si fascinant? »

«Visite dans l’atelier» de l’artiste peintre: Marie Migneron

«Visite dans l’atelier» de l’artiste est une série d’articles pour vous présenter des artistes professionnels ou autodidactes qui vont certainement vous inspirer par leur parcours. Je vais les rencontrer dans leur atelier pour savoir comment ils s’installent, comprendre ce qui les pousse à créer et profiter de leur générosité à transmettre des conseils et des astuces.

«Visite dans l’atelier» de Marie Migneron

J’ai connu Marie Migneron dans une session de Modèle Vivant lorsque je suis allée poser à ses Ateliers hebdomadaires de Montréal qu’elle a démarré et dirigé pendant 19 ans ! Sa peinture figurative et ses dessins débordent de couleurs les plus joyeuses.

Modele Marie G
Acrylique Marie Migneron
Acrylique Marie Migneron Modèle: Marie G
Continuer la lecture de « «Visite dans l’atelier» de l’artiste peintre: Marie Migneron »

«Visite dans l’atelier» de l’artiste peintre : François Vidal

«Visite dans l’atelier» de l’artiste est une série d’articles pour vous présenter des artistes professionnels ou autodidactes qui vont certainement vous inspirer par leur parcours. Je vais les rencontrer dans leur atelier pour savoir comment ils s’installent, comprendre ce qui les pousse à créer et profiter de leur générosité à transmettre des astuces et des conseils.

«Visite dans l’atelier» de François Vidal

J’ai connu François Vidal lorsque j’ai posé pour une de ses sessions de Modèle Vivant qu’il organise dans son atelier du Vieux-Longueuil. Sa peinture abstraite et ses dessins sont remplis de fougue et de couleurs. Ses œuvres se retrouvent au Canada, aux Etats-Unis et en France.

Pastel sur papier Kraft, François Vidal

François a toujours eu une attirance pour la peinture, mais comme beaucoup de personnes, il a dû mettre de coté pendant plusieurs années, cet aspect de lui-même.

Un jour, à la lecture du livre Demandez et vous recevrez de Pierre Morency, les portes s’ouvrent et son premier contacte avec la peinture se produit. C’est une amie qui lui présente sa tante, artiste peintre, qui lui donnera ses premiers cours.

François Vidal n’en reste pas là. Il s’inscrit à un certificat en art plastique à l’Université du Québec à Montréal à l’âge de 50 ans.

Continuer la lecture de « «Visite dans l’atelier» de l’artiste peintre : François Vidal »

Visite dans l’atelier de l’artiste

Visite dans l’atelier de l’artiste est une série d’articles pour vous présenter des artistes professionnels ou autodidactes qui vont certainement vous inspirer par leur parcours. Je vais les rencontrer dans leur atelier pour savoir comment ils s’installent, comprendre ce qui les poussent à créer et profiter de leur générosité à transmettre des astuces, des conseils et d’intéressantes suggestions.

«Visite dans l’atelier» de Louise Lincourt

J’ai connu Louise dans un atelier de dessin de modèle vivant où je posais. Elle dessine à merveille et sa maîtrise de l’aquarelle est remarquable. C’est une femme à la fois simple et charmante. Une artiste de Montréal.

Louise a toujours aimé dessiner. Elle s’inscrit d’abord aux Arts appliqués à Montréal, en aménagement intérieur où elle obtient son diplôme. Mais elle découvre le Batik et elle s’investie à pratiquer cet art. Puis un jour, à Paris, de magnifiques foulards de soie piquent sa curiosité. Elle prend contacte avec l’artiste qui lui propose alors de lui enseigner la technique de peinture sur soie. Une nouvelle aventure commence ! 

Elle dirige ensuite un atelier de peinture sur soie pendant près de dix ans et produira des foulards qui seront vendus en Amérique du Nord sous la griffe Louise Lincourt.  Elle collabore aussi avec des designers d’intérieur pour intégrer des panneaux de soie dans leurs décors.

Grandement intéressée par la production de foulards de soie à grande échelle, elle s’inscrit à un cours de «textile design» à l’Université Concordia afin de pouvoir produire des cartons qui seront par la suite imprimés à Como et vendus au Canada. Son expertise l’amènera à enseigner la peinture sur soie au Centre des arts Visuels à Montréal.

Paris

Après quelques années passées à Montréal, elle retourne vivre à Paris. À ce moment, Louise réalise, à l’âge de 50 ans, qu’elle a toujours voulu savoir«comment on fait ça» de l’aquarelle. L’arrondissement du 15e, où elle habite, offre justement des cours.  Elle veut les bases et les principes, « le reste à moi de le développer» me dit-elle. Le medium lui plait. Il est aussi pratique puisqu’elle vit dans un petit appartement parisien.

Elle travaille quotidiennement ; dessin au Louvre, modèle vivant à la Grande Chaumière, essaies-erreurs avec les opaques et non opaques des couleurs aquarelles. 

Ses efforts seront reconnus, elle deviendra plus tard présidence de la Société Canadienne de l’Aquarelle où elle changera l’image de leur revue. 

Puis un jour, les aquarelles de Louise interpellent le propriétaire de la compagnie Gourmet du Village. Il lui propose d’illustrer ses produits.  «J’ai toujours voulu faire ça» me raconte-t-elle. Et voilà que tomates, piments et artichauts à la manière de Louise Lincourt se sont retrouvés sur de nombreux emballages. Un autre rêve réalisé !

Illustration Louise Lincourt pour Gourmet du Village

Strasbourg

Après six ans de vie parisienne, Louise se retrouve à Strasbourg. Ce n’est plus l’effervescence de la ville lumière, elle décide donc de retourner en classe pour apprivoiser le nu aux Beaux arts de Strasbourg. Elle participe à quelques expositions de groupe en Alsace.

En 2001, elle met sur pied un stage d’aquarelle et de diffusion de l’art à Vilnius, capitale de la Lituanie, subventionné par l’ACDI.

Montréal

Bien qu’elle se considère comme une solitaire, Louise Lincourt se plait à dessiner en groupe pour socialiser. Vous la trouverez à plusieurs ateliers libres de modèle vivant et avec Urban Sketchers Montréal et probablement dans d’autres villes du monde ! 

Son matériel

«Il faut que ce soit pratique» m’explique Louise. 

Elle a choisi un super sac en bandoulière de la marque Manhattan Portage  parce que tout son matériel entre dedans. Crayons, fusains, tablettes et cahiers de croquis. Avec elle, en permanence, un carnet de croquis; «je préfère dessiner ce que je vois, que lire les revues des salles d’attente».

Son atelier

Même concept, le coté pratique. «Il faut que ça rentre» exprime-t-elle vivement! 

-Table à dessin avec une lampe et de la lumière naturelle. 

-Chevalet et petite armoire à roulettes facile à déplacer. 

-Canapé pour relaxer et jolie table pour y déposer un bol de fruits.

Ses conseils 

«Se mettre au travail !»

-Prendre des cours ou des ateliers ici et là. Mais surtout, travailler.

-Se faire confiance et développer son travail au quotidien.

Mon expérience

Avec son riche parcours, Louise Lincourt m’a fait voyager.   

J’ai été inspirée par sa grande curiosité qui l’a amenée à développer, à créer et à approfondir son travail. Elle m’a également transmis un petit «morceau» de sa grande liberté à dessiner en public et que je compte développer, moi qui suis timide de le faire. 

Artiste: Louise Lincourt
Modèle: Marie G

Vous pouvez contacter Louise Lincourt sur FB

leslincourtaparis.wordpress.com

Laissez un commentaire, j’aime bien vous lire 🙂

Comment créer une ambiance stimulante dans son atelier?

Pour s’adonner à l’art il n’est peut être pas obligatoire de posséder un atelier. Mais lorsque nous le désirons, nous voulons que cet atelier soit invitant et stimulant pour la création. Pour Léonard de Vinci ce lieu devait être magique et sensuel. Il le remplissait d’éléments qui excitaient ses sens. Comme des fleurs, des parfums et de la musique. Stimuler les sens encourage la créativité.

Peu importe la dimension de l’atelier, l’ambiance stimulante, elle, fera la différence. Vous pouvez posséder le plus grand studio au haut plafond, sans ambiance, vous ne serez pas stimulé à y travailler. 

Qu’est-ce que l’ambiance ? 

Nous avons tous déjà senti l’ambiance d’un restaurant, d’une réunion ou d’un salon funéraire. C’est donc quelque chose que l’on sent et qui nous affecte. Elle n’est pas visible à l’œil comme un éléments concret, mais plutôt comme un élément que l’on perçoit et qui influence notre comportement, notre état d’être. 

L’ambiance est créée soit par un climat qui lui est généré, par exemple par des humains ou des circonstances. Soit par un milieu ou un lieu provenant de l’atmosphère que dégage la décoration ou l’ensemble de la nature environnante. 

Chacun est touché à sa façon par l’ambiance, l’atmosphère ou le climat. Il est donc souhaitable de créer l’ambiance qui nous interpelle. Qui nous met dans des dispositions favorables à notre propre créativité. Pour certaines personnes, c’est la musique forte et des couleurs vives. Alors que pour d’autres, ça sera le silence et le blanc pur. 

Trouver son ambiance

Voici un petit guide qui vous permettra de trouver et de concrétiser votre propre ambiance afin de favoriser et de stimuler votre créativité.

Continuer la lecture de « Comment créer une ambiance stimulante dans son atelier? »

Pensez comme Léonard de Vinci| Connexion

Voici le septième principe «La connexion», tiré du livre de Michael J. GelbPensez comme Léonard de Vinci3 outils pour stimuler la créativité par la connexion.

On reprochait à Léonard l’aspect brouillon de ses «Carnet de notes». Il ne comportaient n’y table des matières, n’y index, pas plus que de plan. Des annotations bizarres en marge des pages se multipliaient. Apparemment, il rédigeait ses notes au hasard et sautait d’un sujet à l’autre. Mais pour Léonard, tout était relié. D’instinct, il en percevait les rapprochements. Ce pourquoi il ne sentait pas le besoin de regrouper en catégorie, ses annotations.

Un des facteurs de l’immense créativité de Léonard, réside dans le fait qu’il aimait combiner des éléments disparates pour en créer quelque chose de nouveau.

La connexion et vous 

Dans la vie comme en art on cherche souvent à faire des rapprochements. Faites d’abord une auto-évaluation de votre capacité à faire «La connexion». Aussi 3 outils pour développer votre réflexe à faire des connexions.


Continuer la lecture de « Pensez comme Léonard de Vinci| Connexion »

Pensez comme Léonard de Vinci| Le corps

Dans le cadre de mon défi et tiré du livre de Michael J. GelbPensez comme Léonard de Vinci, voici le sixième principe : Le corps

Source: Pensez comme Léonard de Vinci, Michael J. Gelb

Léonard accordait beaucoup d’importance à la santé de son corps et disait que c’était bon d’être conscient de son corps. Il portait une attention particulière à son alimentation, faisait de l’exercice et des élongations. Léonard aimait aussi développer l’«ambidextérité». Il utilisait ses deux mains dans le but d’équilibrer les deux cerveaux droit et gauche.

Voici 3 exercices pour intégrer la conscience du corps dans le développement de sa créativité.

Continuer la lecture de « Pensez comme Léonard de Vinci| Le corps »