Comment créer une ambiance stimulante dans son atelier?

Pour s’adonner à l’art il n’est peut être pas obligatoire de posséder un atelier. Mais lorsque nous le désirons, nous voulons que cet atelier soit invitant et stimulant pour la création. Pour Léonard de Vinci ce lieu devait être magique et sensuel. Il le remplissait d’éléments qui excitaient ses sens. Comme des fleurs, des parfums et de la musique. Stimuler les sens encourage la créativité.

Peu importe la dimension de l’atelier, l’ambiance stimulante, elle, fera la différence. Vous pouvez posséder le plus grand studio au haut plafond, sans ambiance, vous ne serez pas stimulé à y travailler. 

Qu’est-ce que l’ambiance ? 

Nous avons tous déjà senti l’ambiance d’un restaurant, d’une réunion ou d’un salon funéraire. C’est donc quelque chose que l’on sent et qui nous affecte. Elle n’est pas visible à l’œil comme un éléments concret, mais plutôt comme un élément que l’on perçoit et qui influence notre comportement, notre état d’être. 

L’ambiance est créée soit par un climat qui lui est généré, par exemple par des humains ou des circonstances. Soit par un milieu ou un lieu provenant de l’atmosphère que dégage la décoration ou l’ensemble de la nature environnante. 

Chacun est touché à sa façon par l’ambiance, l’atmosphère ou le climat. Il est donc souhaitable de créer l’ambiance qui nous interpelle. Qui nous met dans des dispositions favorables à notre propre créativité. Pour certaines personnes, c’est la musique forte et des couleurs vives. Alors que pour d’autres, ça sera le silence et le blanc pur. 

Trouver son ambiance

Voici un petit guide qui vous permettra de trouver et de concrétiser votre propre ambiance afin de favoriser et de stimuler votre créativité.

Stimuler ses sens

Même si chez Léonard de Vinci les sens de la vue et de l’ouïe dominaient, il s’efforçait de raffiner tous ses sens.  Il appréciait les textures de ses vêtements, la douceur du velours et la finesse de la soie. Les fleurs dans son atelier exaltaient son odorat. Passionné d’art culinaire, il s’attardait à faire d’exquise présentation de «petites portions santé».

Assurez-vous d’avoir autour de vous divers éléments qui excitent vos sens. Tout comme Léonard qui s’efforçait à stimuler et raffiner ses sens, intégrez  des objets, des textures, des sons ou des odeurs dans votre atelier.

La Vue

Pas mal de choses peuvent stimuler la vue. Des photos inspirantes, des motifs, les couleurs, des tubes et les petits pots. Mais parfois, il y en trop. Ce qui peut provoquer le contraire. Au lieu de stimuler positivement, le sentiment de découragement peut s’installer. Cela peut être même repoussant. Alors que la créativité est en vous. Ce n’est pas la quantité d’objets ou de matériaux qui font que vous serez plus créatif. 

Dans son livre, Faire le ménage chez soi, faire le ménage en soi, Dominique Loreau explique qu’il est intéressant de constater que c’est lorsqu’on laisse les choses à portée de vue qu’on ne les voit plus. Comme si ces choses font partie d’une tapisserie murale. Laissez donc un minimum de choses à portée de vue.

L’Ouïe :

Vous êtes peut être du style «écouteurs aux oreilles» ou genre, les haut-parleurs à fond. Vous aimez créer avec de la musique, forte ou douce, classique ou musique du monde. Sans paroles ou chansons à texte la musique vous inspire. Pour d’autres c’est le silence, le calme et la plénitude. Malgré l’absence de musique, les sons vont stimuler le sens de l’ouïe. En étant totalement conscient des bruits provoqués par la manipulation des matériaux comme les feuilles ou les cartons. L’agitation d’un pinceau dans l’eau. Le trait du fusain sur le papier. L’immense variété de son provoquera une sensation qui passe à travers le corps et qui favorisera la créativité. 

Sans écouter la musique vous pouvez vous relier à elle par des éléments qui  l’évoquent. J’ai  vu dans un atelier, où je pose comme modèle vivant,  une série de notes de musique collée au mur.  Vous pourriez aussi disposer sur une table des objets qui représente la musique. Même si vous ne savez pas jouer de la musique, improvisez avec divers instruments ou des cannages, des contenants ou des ustensiles.

Le Toucher :

Nous avons beaucoup d’occasion de toucher lorsque nous nous adonnons à l’art. Mais il s’agit ici de stimuler le sens du toucher. Bien sûr que le contact avec nos crayons, les pinceaux ou la matière avec laquelle nous travaillons excitent le sens du toucher. Plus particulièrement lorsque nous y portons attention de façon consciente.  

Pour stimuler le sens du toucher vous pourriez ajoutez dans votre atelier des textures de différentes matières comme des textiles ou du tissus. Un simple petit bout de tulle, de bois ou d’ardoise. De la corde de grosseurs variées par exemple. Les possibilités sont vastes. Pensez également à la table sur laquelle vous travaillerez. Assurez-vous que la surface soit agréable au toucher. 

L’Odorat :

Personnellement j’aime l’odeur qui se dégage de la peinture à l’huile. Par contre je ne voudrais pas la sentir pendant des heures. J’apprécie aussi d’autres odeurs comme celles des crayons qui se font aiguiser ou du «gesso» fraichement appliqué sur la toile. Mais lorsque le but est de stimuler le sens de l’odorat, j’installe dans un petit plat des pelures de citrus.  De temps en temps en pressant un morceau de pelure, je respire l’huile essentielle qui s’en dégage. L’orange ou la clémentine me procure une sensation de vitalité. 

Léonard de Vinci lui, disposait dans son atelier des fleurs odorantes. Des parfums qu’il inventait. C’est une belle façon de se préparer, avant de se mettre au travail, de parfumer son atelier. Créer une ambiance stimulante avec des odeurs d’encens par exemple ou d’un mélange de pelures d’orange et de clou de girofle bouillie dans l’eau. Cette concoction dégage une odeur de gaieté !

Le Goût :

Lorsqu’on travaille à l’atelier, il est nécessaire de prendre des poses. Prendre du recul, pour mieux voir et s’aligner ou se réajuster. Voilà un bon moment pour stimuler le sens du goût. Manger un fruit frais, croquer des noix, boire une tisane ou un thé savoureux. À défaut de manger, regarder un magazine aux plats appétissants ou un livre de recettes aux images savoureuses. Ou tout simplement boire de l’eau du pichet dans lequel vous aurez plongé du citron ou des concombres.

Deux hémisphères, deux espaces de travail

Comme je l’expliquais dans un précédent article, nous avons besoin d’utiliser nos deux hémisphères pour augmenter notre capacité à créer. Notre cerveau droit est relié entre autres à l’intuition et à l’éveil artistique et le cerveau gauche à l’écriture et au raisonnement.

La créativité est donc avantagée lorsqu’elle passe par ces deux aspects : l’intellect et le manuel. 

L’intellect :

L’activité intellectuelle est importante pour ce qui concerne la réflexion,  l’exploration par l’écriture, mettre en ordre les «brainstorming». Aussi la réalisation de cartes mentales dans son approche finale, ou faire de la recherche sur internet.

Le manuel :

Là où l’activité des mains est prédominante. L’exploration par les gestes, avec des couleurs, des matériaux, des médiums et des supports. Griffonner, colorier,  découper, sélectionner des mots, des idées, des textures ou des photos.  La réalisation manuelle d’œuvres, d’esquisses, de croquis, de collage et ainsi de suite.

En distinguant ces deux aspects vous utiliserez mieux vos capacités et vous pourrez approfondir, voir plus clair et ainsi allez plus loin dans votre processus de créativité.

Identifiez ou aménagez physiquement deux espaces distincts qui représenteront ces deux aspects. Austin Kleon explique dans son livre «Voler comme un artiste» qu’il a deux zones de travail chez lui. Il les nomme «analogique» et «informatique». 

Une table où se trouve des crayons, des découpures de journaux, des feuilles et des ciseaux. Un lieu pour le bricolage et le brassage d’idées sur des morceaux de papiers découpés. 

Et l’autre où se trouve son ordinateur pour écrire une fois ses idées en ordres. Préparer un texte de publication. Réviser ses textes et imprimer.

Ces deux zones peuvent se trouver dans la même pièce.

Mon expérience

Avant je travaillais sur la même table et je devais faire de la place constamment pour les choses que j’avais besoin. J’ai donc modifié ma façon de travailler grâce à mes deux espaces de travail. Bien qu’elles soient dans la même pièce, je sens que j’ai mieux défini mes activités manuelles et intellectuelles. Mes idées sont plus claires et j’ai le sentiment d’avoir un bureau et un atelier 🙂 . C’est très agréable !

D’un coté de la pièce j’ai une table pour mon ordinateur et mes travaux d’écriture. 

Espace de travail intellect

Et de l’autre coté une table où je peux explorer, bricoler, réaliser et m’inspirer. Cette table différente de l’autre me permet de travailler debout. J’adore ça ! Cela favorise l’engagement du corps. Le mouvement, l’expression et le sentiment de liberté. 

Comment allez-vous créer de l’ambiance stimulante dans votre atelier ?

Avez-vous appris quelque chose dans cet article ? Merci de laissez vos commentaires. 

Partager l'article

2 réponses sur “Comment créer une ambiance stimulante dans son atelier?”

  1. Merci pour cet article. Je trouve intéressant le principe des deux lieux de travail pour le cerveau droit et le gauche. Mon lieu actuellement est trop petit pour le faire et en plus j’y médite et y fait du yoga! Mais comme nous devons faire des agrandissements d’ici deux ans environ, je vais prévoir le coup! Bien heureuse d’avoir appris ça avant les travaux! 😉

    1. Merci Anne pour ton commentaire! Le fait d’être maintenant consciente de la possibilité de deux lieux crée déjà de l’espace dans le mental. Bonne création! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *