Sensibilité de la ligne

Sensibilité de la ligne

Il arrive souvent qu’on m’appelle à la dernière minute pour poser par ce que le modèle ne s’est pas présenté. Je sens la personne au bout du fil en mode :
Au secours, peux-tu me dépanner !? Au secours, viens le plus vite possible !
Moi j’ai l’image, dans ma tête, d’une classe d’étudiants, debout devant leurs chevalets, le fusain à la main, prêt à dessiner, qui se demandent ce qui se passe.

Encore une fois

Encore une fois, ding, la sonnerie de mon cellulaire. Moi qui rêvais de cette journée. Je pourrais enfin relaxer, après les 4 ateliers de poses en deux jours.

‘’Pouvez-vous venir le plus vite possible ? Notre modèle ne s’est pas présenté.’’
Je réfléchie le plus vite possible. J’hésite en vitesse entre dire oui ou dire non. Puis je voie ma belle journée rêvée s’envoler. Je m’entends dire oui.

Grouiller

Je dois me préparer, faire mon lunch, sauter dans ma voiture, contourner le trafique, affronter les travaux routiers et prier pour trouver du stationnement.

La responsable vient me chercher aux portes de l’ascenseur. On marche vers le local de cette école internationale de création numérique dans le quartier du Mile-End.

J’entre dans la classe, et c’est ça qui fait plaisir, quand tu fais un effort pour te grouiller, j’aperçois de beaux jeunes étudiants et étudiantes et une professeure, tous garni d’un grand sourire !

On se met au travail tout de suite. Une pose debout de 20 minutes.

Dessin à l’aveugle

La professeure leur demande de dessiner le corps, de la tête aux pieds, sans jamais regarder leur feuille. Le résultat est bien sûr magnifique car il est chargé de vie, de caractère, d’expression et de lignes sensibles.

J’ai eu l’occasion, à plusieurs reprises, dans différents ateliers, d’être modèle pour ce genre d’exercice. Chaque fois je remarque le grand effort de concentration des élèves pour ne pas être tenter de regarder où en est leur dessin.

Développer la sensibilité de la ligne (4 astuces)

Le dessin à l’aveugle peut se pratiquer avec des objets, des éléments de la nature comme des arbres et sont feuillages, des bâtiments architecturaux, des tissus, des drapés etc.

C’est un exercice intéressant autant pour les débutants que pour les professionnels. Vous n’avez pas besoin de savoir dessiner pour vous adonner à cette expérience surprenante.

1- Le temps
Déterminer un temps précis, entre 5 et 20 minutes.
Respecter ce temps à ne pas regarder la feuille sur laquelle vous dessinez.

2- Le medium
Choisir un ou deux medium. Par exemple, un crayon mine et un fusain.
Expérimenter une pointe fine comme un crayon de plomb et une pointe plus large comme un fusain compressé.

3- Le contour et l’intérieur
Commencer par dessiner, toujours sans regarder votre feuille, le contour de votre sujet. Puis après quelques pratiques, dessiner ce que vous voyez sur la surface entière du sujet.

4-Mettre en relation
Mettre en relation vos différents dessins à l’aveugle que vous avez complétez. Repérer les lignes sensibles. Observer leurs qualités, leurs sensibilités, faites des liens entre elles malgré la différence des sujets.

Essayez !

Ces exercices vous feront découvrir la sensibilité de la ligne.

Elles vont aussi :

Favoriser la concentration, permettre de rester dans le moment présent, développer le sens de l’observation. Elles vous amèneront à voir autres choses, quelques choses que vous n’avez jamais vu auparavant !

Partager l'article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *