Pensez comme Léonard de Vinci| Expérimenter

Je vous parle du deuxième principe du magnifique livre Pensez comme Léonard de Vinci écrit par Michael J. Gelb.

Je suis donc à poursuivre mon défi et j’expérimente le deuxième principe proposé par l’auteur :

Principe 2 : Démonstration

Michael J. Gelb résume ce chapitre sur la ‘’Démonstration’’ en écrivant ceci : La volonté de mettre vos connaissances à l’épreuve par l’expérimentation, la persistance et le désir de tirer des leçons de vos erreurs.

Pour la persistance, je vous avoue que je l’expérimente en ce moment face à la création de ce blogue. Comme cela est assez nouveau pour moi, je dois tout apprendre et j’en tirerai éventuellement des leçons de mes erreurs de débutante. Alors son résumé m’encourage  à persister. Car mon but avec mon blogue Un modèle des Ateliers est de vous inspirer et de vous encourager à persister et à continuer de créer.

Il nous explique que Léonard était indépendant d’esprit. C’est à dire, même si certains affirmaient avec certitude le pourquoi de quelque chose, il ne se fiait pas qu’à cela. Il vérifiait par ce principe : L’expérience.

Je peux déjà réfléchir sur mes erreurs lorsque j’ai fais une ”surdose” de confiance (j’ai cette naïve tendance) pour me fier qu’aux certitudes des autres.  J’en tire une bonne leçon aujourd’hui. Alors je penserai à et comme Léonard la prochaine fois!

Ce chapitre nous invite à réfléchir aussi sur nos propres certitudes. Sont-elles vraiment les nôtres ? Nos opinions nous trompent-elles parfois ?

Réflexion

 -Exercice 1 :

Choisissez un thème dans cet éventail de sujet : nature humaine, éthique, science, médecine, sens de la vie, art, mariage, histoire…

Notez trois opinions ou certitudes que vous entretenez à ce sujet.

Puis demandez-vous : Comment en suis-je venu à formuler ces opinions ?

Je vais choisir l’art puisque ce blogue s’adresse particulièrement aux gens qui s’intéresse à la pratique de l’art.

Plus jeune, à l’école, on m’a chicané à plusieurs reprises alors que j’étais en train de dessiner.  Comme je n’aimais pas ça les chicanes, j’ai vite enregistré qu’il fallait que j’arrête cette activité. J’ai longtemps pensé que l’art était pour les autres et pour les ‘’vrais artistes’’.

Plus tard heureusement, j’ai rencontré des artistes autodidactes et grâce à eux j’ai repris la pratique de l’art. Et maintenant, je l’encourage sous toutes ses formes.

Je connais aussi des artistes fabuleux qui ont étudiés et obtenus des diplômes. Ils ont été aussi d’une grande influence et sources d’inspiration.

Et on peut être de ‘’vrais artistes’’ autodidactes comme :

Frida Kahlo, Van Gogh, Niki de Saint Phalle, Charles Aznavour

Vous en connaissez? Dites-moi…

Exercice 2 :

Écriture automatique sur ce thème :

‘’Que ferais-je différemment si je n’avais pas peur de me tromper ?’’

Je reviens au sujet de l’art. Si vous êtes comme moi, parfois c’est difficile de s’y mettre. Pour toute sortes de raisons. Mais la peur de faire quelque chose de moche peut nous retenir. Alors qu’il ne faut pas avoir peur de cela. L’art est un processus. Chaque expérience moche ou pas amène plus loin. Et nous découvrons beaucoup dans nos ‘’erreurs’’.

Léonard a aussi douté de lui, il aurait mis en question la validité de ses travaux suite à de nombreuses erreurs. Mais n’a jamais capitulé. La persistance du Maître inspire. Selon l’auteur, Léonard renforçait sa détermination par des affirmations telles que :

‘’Ne pas quitter le sillon’’

‘’Les obstacles ne peuvent me ployer’’

‘’Tout obstacle cède à l’effort’’

‘’Je dois persévérer’’

‘’Je ne me lasse jamais d’être utile’’

Ressource: Pensez comme Léonard de Vinci, Michael J. Gelb

Vous avez des affirmations qui donnent le goût de continuer malgré les obstacles ? Dites-les moi…

Blog Un modèle des Ateliers est une petite école d’art pour autodidactes heureux !

Continuez à créer! Ou recommencez, et partagez.  🙂

Partager l'article

Une réponse sur “Pensez comme Léonard de Vinci| Expérimenter”

  1. Oui, je suis d’accord avec toi que les croyances et mêmes les superstitions sont nuisibles dans notre développement. Et que même ils le ralentissent beaucoup. Je peux juste penser aux postes que maintenant les femmes occupent mais qui leur étaient interdits il y a moins de cent ans. De ce fait, il faut absolument sortir du cadre restreignant de nos peurs, nos attentes, nos illusoires évidences…Un québecois, Alexandre Nadeau en parle dans ses bouquins.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *